Fondation Thierry van Werveke

Menu

La Fondation Thierry van Werveke en 2010/11 : quelques faits marquants

Le but principal de la Fondation est d'aider de jeunes « Troublemakers », c'est-à- dire des jeunes en difficulté et/ou socialement défavorisés » par des moyens culturels. Pour ce faire, la Fondation travaille étroitement avec des organisations du secteur social pour leur permettre de réaliser des projets spécifiques qui leur tiennent à cœur, mais qui ne seraient pas réalisables avec leurs ressources habituelles. Ainsi, la Fondation n'entre pas en concurrence avec d'autres institutions et organisations, mais fonctionne selon le principe de subsidiarité en intervenant rapidement et de manière non bureaucratique sur des projets que les professionnels du secteur social jugent urgents et nécessaires, mais qui ne pourraient se faire sans le support de la Fondation. Voici quelques exemples majeurs :

 

• Projet « Jonk Strum merten » avec la Stëmm vun der Strooss

 

La Fondation avait versé fin 2009 une première somme de 10.000 EUR à l'association « Stëmm vun der Strooss » afin de financer à long terme un projet concernant les besoins de première nécessité pour les jeunes sans abris de moins de 25 ans (qui représentent environ 15% des utilisateurs de cette association). Le projet a porté ses fruits en 2010: à titre d'exemple, le parcours de F. est encourageant. Avec d'autres jeunes, il vivotait en 2009 plus mal que bien dans un squat. Sa situation était difficile. C'est alors que la Fondation lance l'initiative de donner un coup de pouce spécifique à ces jeunes sans-logis en collaboration avec la SVDS. En mars 2010, il se porte spontanément volontaire pour la «Fréijoorsbotz» organisée par la Ville de Luxembourg et la Stëmm et y participe avec assiduité. Après la clôture de cette initiative, F. signe un contrat de bénévolat auprès de la Stëmm où il s'occupe du bar et sert les boissons aux usagers. En octobre, il participe à la « Hierschtbotz » à Reckange-sur-Mess et devient la personne de référence pendant le congé de l'éducateur gradué. Parallèlement, F consulte le service social de la Stëmm qui le soutient dans la recherche d'un logement. Grâce à l'aide continue et non bureaucratique de la Fondation, il peut louer une chambre et de nouveau obtenir une adresse officielle. Cela lui permet de s'inscrire à l' ADEM comme demandeur d'emploi, puis d'introduire une demande en obtention du RMG. Dès l'octroi de celui-ci, il fait un ordre permanent pour payer son loyer. A partir de ce moment, il est aussi réassuré auprès de la CNS. Peu à peu, la présentation de F. connaît une métamorphose positive. Grâce à ce parcours de F., d'autres membres du groupe de jeunes squatteurs commencent à s'intéresser à retrouver leur voie… !

 

• Projet « Kulturjobs » - 2010/2011

 

Dans l'esprit de son objet social, la Fondation a lancé ensemble avec les acteurs des secteurs social et culturel l'action "Kulturjobs". Les objectifs du projet sont de: (I) donner à des jeunes en difficulté la possibilité d'avoir des engagements ponctuels dans les milieux culturel et favoriser ainsi leur insertion dans le monde du travail; (II) d'offrir aux employeurs culturels un "service dépannage" dans leur besoin constant de travail temporaire non qualifié; et (III) à long terme, de permettre à quelques uns des jeunes en question de travailler de manière plus constante dans les coulisses de la culture. Dans ce projet, la Fondation Thierry van Werveke est l'intermédiaire entre les associations sociales et les employeurs culturels et prend en charge la moitié du salaire convenu. En d'autres mots, pour les bénéficiaires du programme « Kulturjobs » qui ne bénéficient pas déjà ni d'un C AE ni de toute autre mesure étatique ou d'origine associative de réinsertion, la Fondation contribuera 50% du revenu que le bénéficiaire recevra. Dans le cadre de son programme « Kulturjobs », la Fondation a notamment participé au projet social de la première sitcom luxembourgeoise « Weemseesdet », produite par Deal Productions. Dans ce contexte, la production avait notamment décidé d'engager des jeunes sans emploi pour divers boulots dans le contexte du tournage de la sitcom. Le groupe de bénéficiaires ciblés étaient des jeunes, souvent sans qualification, san s expérience, souvent avec des problèmes d'intégration sociale et professionnelle. L'âge des bénéficiaires se situe essentiellement entre 17 et 21 ans et, dans la majorité des cas, ils étaient choisis par les services du Jongenheem, respectivement par l'association Seven Harmony. La Fondation a ainsi donné la chance à 8 jeunes de travailler sur le set ou dans les bureaux de production. Les échos des jeunes ne sont que positifs et D., un des jeunes soutenus par la Fondation, a même pu assumer le poste de « 1st Assistant Director » en fin de tournage ! Alain Massen, administrateur délégué du Jongenheem, a commenté: "Cette action a permis à ces jeunes d'avoir un travail d'été intéressant, enrichissant et qui leur permettait surtout de s'ouvrir au monde du spectacle et de la culture. Vu que la plupart de nos jeunes ont vécu un passé très difficile, ils sont souvent peu enclin à réfléchir au-delà de leurs conditions familiales quotidiennes et il me paraît essentiel que, grâce à votre intervention, une première étape pu éventuellement être franchie dans ce sens."

 

 

• Collaboration aux « Youth Music Award 2010 »

 

Le « Youth Music Award 2010 » s'est tenu le 4 juin 2010 à la Rockhal avec le soutien de la Fondation Thierry van Werveke. Serge Tonnar était membre du Jury et il a remis, au nom de la Fondation, un prix pour le gagnant de la catégorie « Best Lyrics » : la couverture des frais d'un enregistrement studio pour Jay Style (Jérôme Luong).

 

• Action « un cadeau pour tous » décembre 2010

 

Le 23 décembre 2010 la Stëmm vun der Strooss avait organisé sa fête de Noël pour les plus démunis. La Fondation a donné 2.500 EUR à la Stëmm pour lui permettre d'acheter 400 « body-warmer » et autres cadeaux. Ainsi, il a pu être assuré que toutes les personnes sans-abris et/ou les plus démunies présentes à la Fête reçoivent un cadeau utile pour leur aider efficacement contre le froid.

 

• Tox-IN

 

La Fondation a pu soutenir un client du Tox-IN qui est en train de réussir de sortir de la drogue. Alors que M. est dans un stade critique, la Fondation lui permet de louer une chambre afin qu'il puisse rechercher du travail. La Fondation est également en train d'organiser des visites culturelles (représentations de théâtre, concerts) pour des clients du Tox-IN.

 

• Liewenshaff

 

Grâce au soutien de la Fondation, le Liewenshaff a pu installer une sonorisation pour le concert Blues organisé par les jeunes du Liewenshaff eux- mêmes…
 
D'autres projets sont en cours ou en préparation pour 2012 avec la Stëmm, le Jongenheem, le Liewenshaff et Tox-In. We'll keep you posted. Yeppo !

 

Articles

Nom : L'Essentiel

Description : Article press

Plus d'informations